Par: Dr Richard Morency, chiropraticien Par: Dr Richard Morency, chiropraticien

La manipulation vertébrale, action et bénéfices


manipulationLa manipulation vertébrale réfère aux techniques manuelles visant à corriger les vertèbres dont l’examen biomécanique a démontré une restriction, une fixation ou un déficit fonctionnel de la mobilité articulaire. Ces conditions sont désignées par l’appellation dysfonction ou subluxation
Le fonctionnement de  l’ajustement vertébral

La manipulation vertébrale typique vise à produire une décompression articulaire. À partir d’un contact précis des mains sur la vertèbre (levier court), une impulsion à haute vélocité est transmise perpendiculaire aux surfaces articulaires afin de provoquer une décompression, c’est-à-dire une séparation maximale de 2mm des deux surfaces, soit une distance correspondant à l’épaisseur d’une pièce de monnaie. Un déplacement rapide de gaz (oxygène, azote et gaz carbonique) à l’intérieur de l’articulation (liquide synovial) est responsable d’un phénomène sonore appelé cavitation. Celui-ci confirme l’atteinte d’une vitesse suffisante à entraîner une augmentation de l’amplitude de mouvement, une décontraction concomitante de la musculature et une normalisation de l’activité nerveuse.

Les bénéfices de l’ajustement vertébral

La correction de la dysfonction vertébrale influence l’organisme à plusieurs niveaux. La restauration de la mobilité segmentaire permet d’en contrôler la dégénérescence car le mouvement est indispensable à la régénérescence des articulations et des disques intervertébraux. Elle réduit également l’action délétère de la dysfonction vertébrale sur les fonctions nerveuses. En effet, l’altération de la mobilité d’une vertèbre modifie la qualité et la quantité des signaux provenant des récepteurs nerveux qui abondent dans ses structures articulaires. Ces stimulus influencent le comportement d’un vaste réseaux de structure et d’organes dont l’innervation est interconnectés au niveau de la moelle épinière. L’ajustement vertébral normalise l’activité des divisions sensitives, motrices et neurovégétatives du système nerveux, d’où son effet bénéfique sur les signes et les symptômes locaux et distants de la dysfonction vertébrale.

L’efficacité du suivi

La manipulation vertébrale procure un soulagement effectif en neutralisant les effets nocifs de la dysfonction vertébrale. La réduction de la douleur n’est pas un effet analgésique, mais provient plutôt de la correction de la dysfonction. En rétablissant un fonctionnement normal, le signal douloureux se désactive.

Les dysfonctions vertébrales entraînent généralement une déviation de l’axe vertébral et forment alors un complexe de compensation afin de conserver l’équilibre. D’ailleurs, il s’agit là d’une des raisons pour laquelle la colonne vertébrale se développe fréquemment de façon asymétrique, souvent dès l’enfance. En rétablissant la mobilité articulaire, l’organisme est confronté à deux configurations de l’alignement vertébral : la nouvelle plus droite, favorisant la régénérescence des tissus et l’ancienne déviation contribuant à leur dégénérescence. Initialement, la présence de dommages prédispose l’organisme à assumer l’ancienne. Il faudra donc un plan d’intervention afin de faciliter l’adoption par l’organisme de la nouvelle configuration. Il s’agit d’un processus de réhabilitation nécessitant un suivi bien structuré afin d’effectuer une correction durable.

En résumé, l’ajustement à l’aide des mains provoque une décompression intra-articulaire et une réaction neurologique complexe (spinale et supra-spinale) qui favorise la reconfiguration de la dynamique vertébrale, une réaction jugée indispensable à la réhabilitation de la mobilité articulaire.


square