votrechiro.ca
VotreChiro.com


Par: Dr Richard Morency, chiropraticien Par: Dr Richard Morency, chiropraticien

Le traitement du mal de dos

Le craquement et l’effet de détente

Différentes définitions du terme manipulation apparaissent dans la littérature scientifique. Cependant il s’agit le plus souvent d’une description et non d’une définition qui tient compte des gestes portés ainsi que des effets recherchés et produits. Afin d’en définir l’action nous devons préciser que la manipulation vertébrale vise en premier lieu la correction de la dysfonction vertébrale. Cette lésion représente la réaction de blocage articulaire (ankylose) en réponse à un endommagement persistant, c’est-à-dire une situation où la capacité de régénérescence de l’articulation est excédée.

La dysfonction vertébrale correspond à la phase I de la dégénérescence vertébrale¹ (arthrose). Il s’agit d’une immobilisation et non du déplacement d’une vertèbre malgré que l’alignement de la colonne vertébrale en soit inévitablement altéré.

La dysfonction vertébrale est possiblement la cause la plus fréquente des maux de dos. Cette lésion se nomme également le syndrome de la subluxation vertébrale². Cette appellation vient du fait qu’en plus d’accélérer la dégénérescence vertébrale, la dysfonction vertébrale affecte également, par exemple, la régulation d’éléments distants. Cette relation s’explique par les connexions nerveuses que partagent les structures vertébrales et les différents organes du corps humain (effets neurophysiologiques). Cette organisation du système nerveux, dont la moelle épinière, explique l’association fréquente d’une grande diversité de symptômes et la dysfonction vertébrale. Citons en exemples, les céphalées d’origine cervicale, la névralgie d’Arnold, l’épicondylite (coude), les reflux gastriques, la chondromalacie (genou).

Ainsi, une intervention thérapeutique éclairée ne peut se limiter à la simple dissimulation de la douleur qui, en soi n’est qu’un système d’alarme, mais doit promouvoir la correction de l’ensemble des méfaits résultant de la dysfonction vertébrale.

On peut regrouper en trois catégories les effets thérapeutiques recherchés :

1- Les effets mécaniques, par exemple la décompression articulaire, la détente de l’activité musculaire, la réduction de l’ankylose³, l’augmentation de l’amplitude de mouvement⁴, la réduction d’adhérences articulaires et la normalisation des courbes vertébrales.

2- Les effets neurophysiologiques5 par exemple l’optimisation de la gestion des phases de réparation et de cicatrisation, l’hypoalgésie6,7,8 locale et distante9, la réduction de l’hypertonie musculaire10 et une influence sur le contrôle neurovégétatif11.

3- Les effets biochimiques par exemple l’atténuation des médiateurs de l’inflammation12, la réduction de la viscosité du liquide synoviale.

Si certains de ces effets peuvent être partiellement reproduits par des interventions autres, telles des mobilisations ou des percussions, la manipulation vertébrale classique réussirait à produire simultanément et avec succès l’ensemble des effets recherchés. Cette distinction viendrait du fait qu’en plus des effets localisés, la manipulation vertébrale (HVLA) exercerait davantage une influence supra spinale, c’est-à-dire qu’elle sollicite une réaction ou adaptation des centres neurologiques supérieurs14. De ce fait, la manipulation vertébrale possèderait l’avantage de faciliter une réhabilitation de l’ensemble des lésions fonctionnelles vertébrales, d’en contrôler la dégénérescence et de réduire ainsi le phénomène de récidive.

 

spinal-manipulation-320x217

 MANIPULATION MANUELLE CLASSIQUE (HVLA) 

• Sélection et contact d’un segment vertébral précis;
• angle d’exécution perpendiculaire aux facettes articulaires ;
• vitesse d’exécution inférieure à 150 millisecondes ;
• séparation maximale des surfaces articulaires de 2 mm ;
• rotation inter-segmentaire inférieure à 4 degrés.

Tableau 1 : Caractéristiques des manipulations à haute vélocité et de faible amplitude (HVLA).

Ces manipulations sont du type HVLA (High Velocity Low Amplitude). Leurs particularités sont décrites au Tableau 1. Elles sont généralement accompagnées par un phénomène sonore, de cavitation. C’est l’effet de détente et le son caractéristique, un craquement, résulte du déplacement rapide de fluides associé à la dépressurisation d’une articulation bloquée. Si ce son ne semble pas avoir d’effet en soi, il peut toutefois s’avérer un signal précieux, témoignant de la réussite de l’intervention. En effet, le phénomène de cavitation confirme généralement que la vitesse et la force nécessaires à provoquer l’effet de détente et à compléter la correction de la dysfonction vertébrale ont été atteintes avec succès13. C’est pourquoi cette manifestation sonore, inoffensive en soi, est couramment utilisée pour distinguer la  manipulation vertébrale classique d’une simple mobilisation. D’ailleurs, des études comparatives14,15,16,17, suggèrent que les interventions « sans craquements » n’ont pas réussies à démontrer les mêmes effets. Ceci dit, pour certaines conditions où la manipulation vertébrale (HVLA) peut être contrindiquée, ou selon le jugement du clinicien, on pourra se tourner vers des techniques alternatives telles les mobilisations.

À l’égard de la dysfonction vertébrale et de ses méfaits, la manipulation vertébrale classique (HVLA) devrait être considérée parmi les premières options de traitement.

square
1- Instability of the lumbar spine. Kirkaldy-Willis WH, Farfan HF. Clin
Orthop 1982;165:110–23.
2- One Step Further: The Vertebral Subluxation Syndrome. M.I. Gatterman, M.A., D.C. Dynamic Chiropractic, March 27, 1992, Volume 10, Issue 07.
3 – Preliminary investigation of the mechanisms underlying the effects of manipulation: exploration of a multivariate model including spinal stiffness, multifidus recruitment, and clinical findings.Fritz JM1, Koppenhaver SL, Kawchuk GN, Teyhen DS, Hebert JJ, Childs JD. Spine 2011 Oct 1;36(21):1772-81.
4- Active range of motion in the cervical spine increases after spinal manipulation (toggle recoil) Wayne Whittingham, Niels Nilsson, Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics Volume 24, Issue 9, November–December 2001, Pages 552–555
5- Neurophysiological effects of spinal manipulation. Pickar JG. Spine J. 2002 Sep-Oct;2(5):357-71
6- Immediate effects of spinal manipulation on nitric oxide, substance P and pain perception. Molina-Ortega , Lomas-Vega , Man Ther. 2014 Mar 5
7- Is spinal manipulation effective for pain? An overview of systematic reviews. Posadzki P. Pain Med. 2012 Jun;13(6):754-61.
8- Changes in pain sensitivity following spinal manipulation: a systematic review and meta-analysis. Coronado Ra, Gay CW, Bialosky JE, Carnaby GD, Bishop MD, George SZ. J Electromyogr Kinesiol. 2012 Oct;22(5):752-67.
9- Immediate hypoalgesic and motor effects after a single cervical spine manipulation in subjects with lateral epicondylalgia. Fernández-Carnero, Fernández-de-las-Peñas C, Cleland JA. J Manipulative Physiol Ther. 2008 Nov-Dec;31(9):675-81.
10- The effects of cervical high-velocity low-amplitude thrust manipulation on resting electromyographic activity of the biceps brachii muscle. Dunning J1, Rushton A. Man Ther. 2009 Oct;14(5):508-13
11- The effects of spinal mobilizations on the sympathetic nervous system: A systematic review.Laura Kingston, Leica Claydon, Steve Tumilty Manual Therapy. 2014 Volume 19, Issue 4 , Pages 281-287
12 – Spinal manipulative therapy reduces inflammatory cytokines but not substance P production in normal subjects. Teodorczyk-Injeyan JA1, Injeyan HS, Ruegg R. J Manipulative Physiol Ther. 2006 Jan;29(1):14-21.
13- What is ‘manipulation’? A reappraisal David W. Evans, Nicholas Lucas. 2010 Manual Therapy Vol. 15, Issue 3, Pages 286-291
14- Reflex responses associated with activator treatment. Symons BP1, Herzog W, Leonard T, Nguyen H. J Manipulative Physiol Ther. 2000 Mar-Apr;23(3):155-9.
15- Upper cervical and upper thoracic thrust manipulation versus nonthrust mobilization in patients with mechanical neck pain: a multicenter randomized clinical trial. Dunning JR1, Cleland JA, Orthop Sports Phys Ther. 2012 Jan;42(1):5-18.
16- Short-Term Effects of Thrust Versus Nonthrust Mobilization/Manipulation Directed at the Thoracic Spine in Patients With Neck Pain: A Randomized Clinical Trial X3- Cleland JA, Glynn P, Whitman JM, et al. Phys Ther. 2007;87:431–440.
17- Comparison of Spinal Manipulation Methods and Usual Medical Care for Acute and Subacute Low Back Pain: A Randomized Clinical Trial  Schneider, Michael DC, PhD; Haas, Mitchell DC, MA; Glick, Ronald MD; Stevans, Joel DC; Landsittel, Doug PhD Spine: 15 February 2015 – Volume 40 – Issue 4 – p 209–217

Publier votre commentaire en utilisant:

Loading Facebook Comments ...